S’il tient son pseudonyme de « Président » de la Décennie quatre vingt-neuf à quatre vingt dix-neuf, alors qu’il évolue au sein des cercles du Football en tant qu’ancien sociétaire de l’Union de Douala, encadreur de Lion Cosmos de Yaoundé, puis Président de Fraternité Football d’Obala, c’est bien sur le terrain politique que Monsieur Feuzeu Isaac est connu, et familièrement appelé sous le pseudonyme « président ».

S’est-il simplement agi d’un « glissement de terrain » au sens propre comme figuré ? Oui ! Si l’on s’accommode de l’idée que le terrain de sport comme le champ politique présentent la similitude d’être des lieux par

excellence de confrontations, de rencontres amicales, de croisements des forces, de brassages… Oui ! Si tant est que le terrain politique et le terrain sportif servent en commun de cadres à la scénarisation des gestes, actions et prétentions des acteurs en présence. Oui ! parce qu’ils sont des lieux de mise en place des stratégies d’attaque, de défense, de conquête de la victoire ; en tout cas, des espaces privilégiés de mesure et d’évaluation des forces en présence.

Militant du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) au sortir des fonds baptismaux du Congrès de Bamenda, Monsieur FEUZEU Isaac comme toute la génération dont la tranche d’âge varie à l’époque entre 18 ans et 40 ans, est séduit par le programme novateur du Parti et enthousiasmé par les valeurs que prône son contenu idéologique. A ladite époque, l’espoir de l’avènement d’un renouveau social assis sur « le socle de la rigueur et la moralisation» est un devoir impérieux à poursuivre avec l’énergie et l’intrépidité de la jeunesse, ceci contre et malgré les coups, contrecoups, obstacles et embûches parsemés sur le chemin du « Renouveau. » C’est donc avec ferveur que Monsieur FEUZEU Isaac à l’instar de toute une frange de la jeunesse de l’époque milite pour apporter son appui sans faille et son soutien sans réserve au jeune Président, Son Excellence Paul Biya, pour son courage et son opiniâtreté à persister dans la marche du Renouveau.

A cette question, nous nous abstenons de répondre à la place du disparu. Toujours est-il que la vague, disons-le, la houle d’espérances suscitées par le Renouveau a été d’un déferlement de puissance émotionnelle et d’un déchaînement des passions tels qu’après le desserrement de la chape de plomb qui pesait sur la liberté d’expression, la liberté d’entreprise, la liberté de circulation, la libéralisation de l’économie et l’ouverture du champ politique au multipartisme, il a fallu encore veiller aux débordements, aux dérapages, prévenir les dérives, éduquer les populations obnubilées par « le changement » afin qu’elles ne succombent pas à la tentation du « changement à tous les prix ». Un changement au prix de l’éclatement du socle de la devise « Paix-Travail-Patrie » n’eut en effet été rien moins qu’un désastre…

« Les années de braises » ayant marqué avec « leurs villes mortes » l’ouverture démocratique, sont une illustration, une préfiguration a posteriori de ce qu’eût pu être l’étendue du péril, si la clairvoyance inspirée de la gouvernance « tripartite » de l’époque n’avait choisi, en lieu et place de la répression aveugle, le dialogue d’une part et la fermeté de l’autre.

C’est donc à la faveur de l’ouverture démocratique que Monsieur Feuzeu Isaac adhère au Social Democratic Front (SDF) dont le discours séduit parce qu’il propose en réalité, une alternance basée sur la mise en œuvre d’un pan du Programme National que « le Parti Unique RDPC d’avant le multipartisme » peinait d’appliquer.

Mais, les années passant, l’exercice d’apprentissage de la démocratie s’avère à la fois complexe et harassant. Le discours politique est certes lucide, éclairé, pugnace, pragmatique. Mais, il ne parvient pas à prendre corps dans la réalité concrète, dans le cours du quotidien des citoyens, encore moins, dans la réalisation visible et palpable des promesses clamées, proclamées et assénées à l’instar du slogan SDF : « Suffer Dont Finish ! » martelés sans conséquence même s’il eut un écho national indéniable ; en partie, parce qu’il reprenait sciemment les initiales du « SDF »…

Fort du constat qu’il existait une ligne de démarcation parfois abyssale, entre le discours politique et la réalité du terrain voire du corps social, Monsieur Feuzeu Isaac entreprend de créer le Mouvement pour l’Emergence et le Réveil du Citoyen (MERCI) auquel il assigne la vision et la visée, disons d’un mot, la vocation d’agir concrètement et de manière palpable et totale sur l’éveil, le réveil et le développement individuel du citoyen, ressorts qu’il estime indispensables à l’Emergence et au Réveil du Citoyen à l’échelle de la Nation.

La devise ou le slogan : « L’ACTION DIRECTE ET TOTALE » du MOUVEMENT Pour l’Emergence et le Réveil du Citoyen (MERCI) illustre à elle seule ou à lui-seul, tout le Programme de la formation politique : « AGIR ici et maintenant au lieu de pérorer à la Démosthène ou d’épiloguer et conjecturer sur des horizons inatteignables… »

Le Mouvement pour l’Emergence et le Réveil du Citoyen (MERCI) est reconnu officiellement en 2001. Monsieur FEUZEU Isaac en est le Président National.

Il sillonne dès lors le pays pour implanter le Parti et installer les circonscriptions Régionales et Départementales. Le discours du MERCI est empreint de pragmatisme et de réalisme. Séduit-il ou suscite-t-il la curiosité ?

Les deux sans doute… A preuve, de nombreux jeunes gens se laissent convaincre et adhèrent au Parti avec l’ambition de faire entendre leurs voix à l’échelle de la Nation. C’est d’ailleurs ces jeunes gens du Parti qui encouragent leur leader et l’investissent pour porter sa candidature à l’Election Présidentielle de 2004.

La candidature du Président du MERCI est rejetée et ce dernier fait appel auprès de la Cour Suprême se portant par ailleurs défenseur de la candidature du MERCI devant la Suprême Chambre.

Son recours ne prospère pas. Encouragé paradoxalement par l’échec de cette première tentative, il rempile cette fois, en se portant tête de liste du Parti MERCI aux Elections couplées Municipales et Législatives de 2007 dans l’Arrondissement de Yaoundé 1er.

Fidèle à ses convictions politiques de présence et de nécessité de l’Action Directe, davantage encouragé par la visibilité et la lisibilité qu’offre le champ politique, il initie et participe activement à la création et à la reconnaissance officielle du Groupe des Partis Politiques pour le Dialogue National (GPDN) qui réunit à partir d’une plateforme consensuelle les Partis Politiques de l’Opposition, soucieux de constituer « une Force de propositions » sur les questions politiques et sociales diverses.

Il est élu Président du Directoire du Groupe des Partis Politiques pour le Dialogue National (GPDN) en 2008 : Partis Politiques qui, au demeurant, vont servir de « socle au G20 » dix ans plus tard.

Auparavant, soucieux de ne pas déroger à la ligne de force idéologique du Parti, à savoir l’Action Directe et Totale, Monsieur FEUZEU Isaac, Président du MERCI se consacre en dehors de sa vie politique et de ses activités professionnelles, à la mise sur pied d’une part, d’une unité de soins de santé primaire et de soutien aux handicapés et de l’autre, poursuit la promotion du Centre de Formation en Mécanique Auto des Engins Légers et Lourds. Il trouve cependant le temps et la passion suffisante pour préparer les futures échéances présidentielles de 2011, horizon qu’il entend atteindre en tirant les leçons du scrutin présidentiel de 2004.

Investi le 23 juillet 2011 comme candidat du Parti MERCI à l’Election Présidentielle du 09 octobre 2011, Monsieur FEUZEU Isaac dont la candidature est cette fois retenue après une longue bataille de conformité aux textes et caution idoine, se lance dans une campagne électorale qui lui permet de

mesurer, alors qu’il sillonne les Régions du Cameroun, l’immensité de la tâche qui incombe à la mandature présidentielle qu’il a entrepris de briguer.

Mais enthousiasmé par le statut de candidat à la Magistrature Suprême, ce qui n’est pas le « moindre des sésames », le Président du MERCI et du Directoire du GPDN est subjugué par la sympathie et les encouragements des camerounaises et camerounais rencontrés sur le terrain. Ces derniers félicitent M. FEUZEU Isaac non seulement pour son audace mais aussi pour sa bravoure, certains rectifieraient en disant « sa bravade… ». C’est donc dans l’euphorie et la foi en sa chance que Monsieur FEUZEU Isaac, « faisant feu de tout bois » bat campagne et s’emploie à convaincre l’électorat jeune, adulte et âgé qu’il est la figure parmi les candidats soumis au choix des électeurs qui, à travers sa politique débarrassée de discours lénifiants sans réalisations concrètes, mérite le suffrage des électeurs lors du scrutin présidentiel du 09 octobre 2011.

Dès lors, Monsieur FEUZEU Isaac, animé par le prestige d’avoir candidaté à la Magistrature suprême, se passionne de la recherche des voies et solutions politiques susceptibles d redonner la foi, la dignité et l’espérance aux citoyens camerounais. Convaincu que politique peut influer favorablement le destin des peuples, le Président du MERCI et du Directoire du GPDN poursuit sans relâche la réflexion en gestation et l’élaboration du Programme de Politique Générale pour la 3ème REPUBLIQUE.

La Vision Politique qui s’en dégage se nourrit de la trilogie : « ACTION SANS DELAI- CELERITE DES REALISATIONS- ABOUTISSEMENT DES GRANDES CHANTIERS ENERGETIQUES ET INFRASTRUCTURELS »

En clair, le Programme retrace en termes de faisabilité, l’Action Directe et TOTALE déclinées sous forme de réalisations concrètes et palpables dans les délais, seuls ressorts en mesure de susciter le réveil des citoyens et de renouveler leur confiance vis-à-vis de la Politique.

Porté par le Programme Politique du Groupe des Partis Politiques pour le Dialogue National, le Président du Directoire du GPDN, Monsieur FEUZEU Isaac s’active à la constitution de son dossier de candidature pour l’Election Présidentielle du 07 octobre 2018. Son dossier de candidature est déposé dans les délais prescrits par ELECAM.

Le contexte sociopolitique de 2018 est extrêmement tendu. Le Front de nos forces de défense de l’Extrême – Nord et du Nord fait face au Boko Haram certes avec brio, mais au prix du sacrifice suprême de nos valeureux soldats. Le front

ouvert de revendications corporatistes muées en revendications sécessionnistes s’est transmué dans le Nord-ouest et le Sud-ouest en attaques terroristes spectacularisées par les réseaux sociaux et les chaînes de télévision étrangères. Les réfugiés internes et transfuges du Nigéria s’accroissent du fait des exactions terroristes infâmes et d’une cruauté aveugle.

L’ordre républicain résiste en alliant à la nécessité du dialogue, la préservation de la paix, ceci dans un contexte devenu volatile à cause de l’entrée en scène des « pêcheurs en eaux troubles » et autres entrepreneurs de chaos.

Le front de l’Est connaît dans la même période une recrudescence du grand banditisme transfrontalier à la faveur de la légendaire hospitalité du Cameroun qui accueille un important nombre de refugiés venu de la République Centrafricaine.

Le Président du Directoire du GPDN et du MERCI après qu’il s’est rendu dans les Régions sœurs du Nord-ouest, du Sud-ouest et du Littoral, avise qu’il y a lieu d’infléchir sa position face aux menaces protéiformes et périls que court sur tous les fronts notre pays le Cameroun. En concertation avec les Présidents des Partis Politiques du GPDN, il décide de s’ouvrir au Groupe des Partis d’Opposition ayant entrepris de soutenir la candidature du Président de la République sortant à l’Election Présidentielle du 07 octobre 2018.

A ce titre, Monsieur FEUZEU Isaac dont la candidature a été déposée une semaine plus tôt, retire son dossier de candidature. Devant à la presse, il déclarera en substance : « Face aux enjeux et difficultés de l’heure que traverse le Cameroun, seul le Président sortant Paul Biya me semble en mesure d’apporter les solutions au retour de la Paix et de la Stabilité sans lesquels notre pays ne peut atteindre les objectifs qu’il s’est fixé ».

Le Président du Directoire du GPDN et du MERCI commettra d’ailleurs une Profession de foi intitulée « PAUL BIYA L’ATOUT DE LA PAIX » au sein de laquelle il justifie les raisons cardinales ayant motivé sa décision de taire son ambition pour lui préférer le choix de la seule cause inaliénable à ses yeux : « LE CHOIX DU CAMEROUN UN ET INDIVISIBLE ». Car, dira-t-il en privé : « IL VAUT MIEUX TOUT PERDRE QUE DE PERDRE LE CAMEROUN CAR, LE CAMEROUN DOIT ETRE LE SEUL BIEN QUE NOUS NE DEVONS JAMAIS PERDRE… »

L’Acteur Politique de l’Action Directe et Totale, du Réveil et de l’Eveil du Citoyen s’en est allé comme il a vécu. Dans la discrétion et la foi au destin, le 23 mai 2020, sous l’effondrement des moellons de l’une des poutres cubiques du mur de clôture d’une résidence où il procédait à des exercices physiques d’étirements. Il nous laisse éplorés, mais confiants. Confiants en ce qu’il a conduit le juste

combat, défendu des causes nobles, choisi le « Cameroun un et indivisible comme horizon inlassable à conquérir »

Il quitte la scène tout court, mais vit dans notre souvenir comme l’Homme de l’Eveil et du Réveil qui avait la conviction intime que les grands desseins, le grand destin qui attend le Cameroun n’adviendra pas sans la paix et l’unité des cœurs et des Esprits.

Aurevoir Monsieur Jean Christophe THOUVENEL, du nom d’emprunt du latéral droit des Girondins de Bordeaux d’Antan

Source: https://www.camer.be/83929/11:1/cameroun-hommage-a-un-acteur-politique-engage-et-loyal-m-feuzeu-isaac-president-du-merci-cameroon.html

News РWorld news CAMEROUN :: HOMMAGE A UN ACTEUR POLITIQUE ENGAGE ET LOYAL: M. FEUZEU Isaac, Pr̩sident du MERCI :: CAMEROON CAMEROUN INFO РCAMEROUN ACTU