Bien qu’ayant été retardée à cause de la pandémie du Coronavirus, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) est entrée officiellement en vigueur le 1er janvier dernier.
S’il ne fallait s’en tenir qu’aux pesanteurs : faiblesse des infrastructures de transport dans la majorité des 54 pays africains, difficultés politiques, questions de gouvernance et l’insécurité, ce marché commun n’aurait certainement pas vu le jour. Au-delà de ces difficultés, les dirigeants africains ont choisi de lancer la ZLECAF pour concrétiser le projet d’unification économique du continent qui date de 1960. Cette zone a notamment été esquissée par la Communauté économique africaine de 1991 et l’agenda de l’Union africaine de 2063. 
Quand on sait qu’en 60 ans d’indépendance, certains pays africains connaissent encore d’énormes difficultés économiques et que l’Afrique comptera bientôt 2 milliards d’habitants, il fallait bien opter pour un modèle économique qui rompt avec le vieux modèle d’exportation aveugle des matières premières pour privilégier le développement de la production locale et les échanges entre les Etats du continent. L’objectif de cet ambitieux projet est d’augmenter le niveau des échanges intra-africains pour les faire passer de 16 % à 60 % à 2034. Ce projet convainc de plus en plus, puisqu’une trentaine de pays ont déjà ratifié le traité instaurant la ZLECAF sur 54 pays du continent. Naguère réticent, le Nigeria s’est lancé dans la promotion de la ZLECAF après avoir ratifié son traité. L’Afrique du Sud a lancé des études et mis sur pied des mesures d’incitation permettant à ses exportateurs de se déployer vers la ZLECAF. Pour sa part, l’Algérie prépare la promotion des exportations vers l’Afrique subsaharienne dans la perspective de la baisse progressive des tarifs douaniers. 
Tous les pays peuvent augmenter leur niveau de production locale et gagner de nouveaux parts de marchés dans le cadre de ce vaste qui se met progressivement en place. Même si ceux qui gagnent plus, ce sont qui ont des économies mieux préparées, industrialisées et diversifiées.
Avec l’installation d’un secrétariat permanent à Accra au Ghana, la ZLECAF poursuit sa marche. De ce point l’Afrique a tout à gagner en se remobilisant pour consolider ce projet intégrateur.    
 

Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne. S’abonner à cameroon-tribune

Source: https://www.cameroon-tribune.cm/article.html/37622/fr.html/lheure-de-lintegration

News – L’heure de l’intégration